Interview Mohamed Abozekry

mohamed abozekry

Vous êtes lauréat du premier prix au concours international d’Oud de 2009 à Damas, vous jouez de la musique du monde instrumental, mais surtout depuis 2010 vous avez crée le groupe de musique instrumentale Mohamed Abozekry & HeeJazz qu’on appelle désormais Heejazz extended.

Qu’est-ce qui est le plus gratifiant dans votre pratique de la musique ?

La recherche, car elle mène à la création, et c’est cette création musicale que le public aime ou pas.

On a pu voir que vous êtes un diplômé de l’université de Lyon II en musicologie et que depuis quelques années vous vous êtes installé en France. Pourquoi ces choix ?

Depuis 6 ans je vis en France. Je devais finir ma licence en trois ans sauf qu’avec les concerts, les projets et collaborations, je n’arrivais pas à être toujours à l’Université. Mais enfin bref j’ai validé ma licence en cinq ans. Pour cette sixième année je viens de bouger à Paris et je continue ma vie.

Rester en France est provisoire, peut-être dans deux ou trois ans je devrais partir mais je ne suis pas du tout sûr. Je ne travaille pas qu’en France, je travaille aussi à l’international, je viens d’Egypte donc je travaillais déjà là-bas, tout comme le moyen orient et maintenant on va aller aux Etats-Unis, ce qui n’a rien à voir avec la France. J’essaye d’élargir mes lieux de rencontres en collaboration avec d’autres musiciens.

Vous êtes attendu ce soir 06  Décembre à 20h à la MJC Bourroches à Dijon pour un spectacle du Festival « Les Nuits d’Orient » prévu du 1er au 14 décembreQuelle surprise réservez-vous au public dijonnais ?

On travaille avec les élèves des ensembles de guitares classiques et de jazz du Conservatoire à rayonnement régional de Dijon CRR et par Olivier Pelmoine, enseignant guitariste au conservatoire de Dijon et également une violoniste, Amal, du conservatoire qui les a rejoints. C’est quelque chose de très intéressant, ils vont faire la première partie de notre groupe ce soir. Je vais jouer un ou deux morceau avec eux. C’est la petite surprise pour le public. Ensuite on enchaînera avec  Heejazz.

Est-ce l’annonce d’une future collaboration ?

Oui pourquoi pas ? Mais je ne peux pas le dire comme ça parce que ce n’est pas officiel. J’espère que les gens vont aimer cette collaboration, tout est nouveau ce soir.

Les morceaux de l’album Chaos le premier du groupe Mohamed Abozekry & Heejaz sont très attendus pour ce concert. A votre avis quelles sont les raisons de cette sollicitude ?

Parce que cela fait trois ans que je tourne avec. C’est la création musicale avec laquelle je me suis fais distingué, mais aujourd’hui ce n’est pas ce premier album que je vais jouer, ce sera plutôt le nouvel album intitulé « Ring Road » dont la sortie est prévu en début 2015. Un nouveau répertoire, on verra si les gens accrocheront. On y trouve les couleurs latines, indiennes, jazz, il est plus ouvert que le premier qui était concentré sur la musique orientale.

Mohamed Obezekry quel regard portez-vous au Festival « Les nuits d’Orient » ?

Un très bon regard, j’espère qu’on ne va pas les décevoir, qu’ils seront content de nous avoir choisi.

Quels sont vos projets futurs ?

Actuellement je travaille sur un projet qui s’appelle « Nile project ». C’est un projet qui réunit les musiciens de tous les pays traversés par le Nil. Je partirai quatre mois en tournée avec ce groupe de musiciens à l’étranger. Normalement, je reviens en France au mois de Mai. En espérant que mon deuxième album plaira au public. Et aussi, le 12 Mars à Paris le groupe Heejazz Extended sortira le deuxième disque qui vient d’être enregistré. Ce soir c’est comme une Co-présentation de notre prochain album.

Au début on avait commencé le Jazz à quatre et aujourd’hui nous sommes cinq à former Heejazz Extended (la percussionniste cosmopolite Anne-laure Bourget, le contrebassiste polyvalent Hugo Reydet, le pianiste Ludovic Ypoudjian et le saxophoniste Benoît Baud). C’est une nouvelle direction artistique, une nouvelle fusion musicale.

Un dernier mot ?

Venez le 12 Mars au Café de la Danse, ça nous fera plaisir et on espère que cet album plaira aux auditeurs.

Propos recueillis par BAH Maimouna et MAGASSOUBA Fatoumata

2 réflexions au sujet de « Interview Mohamed Abozekry »

  1. Si je peux me permettre, vous avez fait une erreur sur l’avant derniere question : Le projet s’appelle « Nile Project » et non « My Project » ! (Nile qui veut dire le Nil en anglais, la d’ou viennent tout les musiciens de ce projet)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *